reptilium 89

forum sur les reptiles
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Dinodon rufozonatum

Aller en bas 
AuteurMessage
askook

avatar

Nombre de messages : 5
Age : 55
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 04/02/2007

MessageSujet: Dinodon rufozonatum   Mar 13 Fév - 2:38

Dinodon rufozonatum


Malgré un nom qui ne donne pas l'envie d'élever ce serpent (Dino- = terrible; Don- = dent), le serpent-loup chinois annelé est un très joli serpent, tant par son aspect que par sa coloration.
Malheureusement, Dinodon rufozonatum est peu répandu dans les élevages des terrariophiles malgré son peu d'exigence et un maintien assez facile en captivité.
Très attachant, le serpent-loup chinois annelé mérite que les terrariophiles s'y intéressent de plus près!



Généralité


Dinodon rufozonatum est un représentant de la sous-famille des Colubridae et de la sous-famille des colubrinae (on le rencontre dans la littérature dans l'ex sous-famille des Lycodontinae).
Dinodon rufozonatum a été décrit par Cantor, 1842. Il existe trois sous-espèces:Dinodon rufozonatum rufozonatum Cantor, 1842; Dinodon rufozonatum meridionale Bourret, 1935; Dinodon rufozonatum walli Stejneger, 1907. Toutes ces sous-espèces sont réparties dans le Centre et tout l'Est de la Chine, en Corée au Japon et jusqu'à l'extrême Sud-Est de l'ex-URSS.

D'une taille comprise entre 75 et 90 cm (longueur maximale connue: 110 cm), Dinodon rufozonatum possède une petite tête ovale avec des écailles lisses est brillantes. la coloration des écailles centrales est blanche ou crème et le dos est annelé de rouge ou d'orange et de noir.

On rencontre Dinodon rufozonatum dans les zones plantées ouverts (champs, friches...), les plaines, les collines et en montagne ainsi que dans des zones humides (marais, rizières...).


Dinodon rufozonatum. Photo pour illustration

De moeurs terrestre, semi-fouisseur et semi-aquatique, Dinodon rufozonatum est un serpent très discret qui s'abrite la journée sous des souches et des racines, se trouvant souvent près de l'eau, pour en sortir que la nuit pour aller chasser.

Pourvu d'un gros appétit, le serpent-loup chinois annelé mange presque tout ce qu'il trouve sur son passage (lézards, serpents, petits oeufs, oisillons, rongeurs) avec une nette préférence pour les grenouilles et les poissons.

Vie en captivité


Installation du terrarium.

Le terrarium doit être suffisamment vaste pour y maintenir un couple. les dimensions seront d'environ 80/100 cm de longueur pour 40/50 cm de largeur et de hauteur. La plupart des terrariophiles élèvent Dinodon rufozonatum seul en raison de sa tendance cannibale, dans ce cas, les dimensions des terrariums doivent être revues à la baisse, surtout en ce qui concerne la longueur.
On utilise un terrarium spécifique et classique pour serpent, avec une bonne aération et une ouverture horizontale coulissante qui n'offre pas de possibilité d'évasion, car comme beaucoup d'espèces, Dinodon rufozonatum profitera du moindre espace pour une fuite nocturne.

Le chauffage est assuré par un câble ou tapis chauffant que l'on placera sous une moitié du terrarium, afin d'atteindre un point chaud à 28-30° C, dans la plus grande partie du terrarium la température sera comprise entre 23/26° C. La nuit, on coupera ou l'on réduira le chauffage pour que La température descende à 18/22° C. Ces températures sont requises pour la période d'activité qui se situe entre les mois de mars et d'octobre inclus. Nous verrons plus loin qu'une période d'hivernation est nécessaire pour la reproduction de ce serpent.

L'éclairage de faible intensité, mais indispensable, se fait grâce à un tube fluorescent ou par une ampoule dite "économique" de faible puissante. Si la pièce d'élevage reçoit une bonne luminosité, alors l'éclairage artificiel n'a plus besoin d'exister. La durée de l'éclairage journalière est de 10 heures à 14 heures (juin-juillet).

Le taux d'hygrométrie est assez élevée se situant entre 80-85% avec un sol toujours sec dans sa plus grande partie. Pour arriver à ce taux d'hygrométrie, il suffit de mettre un récipient d'eau au niveau du point chaud et de pulvériser une à deux fois par jour de l'eau tiède sur le feuillage artificiel.

Pour le fond du terrarium, on peut employer un substrat meuble (copeau, terreau...), qui n'est pas indispensable bien que très apprécié par le serpent-loup chinois. Pour les irréductibles détracteurs de ce genre de substrat, un gazon synthétique, un sol plastique, du papier essuie-tout ou du papier journal sera tout aussi bien apprécié par les "locataires".

Le décor, facile d'entretien, se fera de souches, de plantes artificielles offrant à Dinodon rufozonatum, d'indispensables et de nombreuses cachettes obscures, qui lui permettront de rester caché la journée, vu ses moeurs nocturnes (ceux-ci ne l'empêchant pas de sortir en pleine journée). Pensez à disposer des cachettes, autant en partie chauffée qu'en partie non chauffée, afin de lui laisser le choix de ses cachettes.

L'on complétera l'installation du terrarium par u large récipient d'eau (à maintenir toujours propre) qui permettra au Dinodon rufozonatum de boire et de s'immerger, voire de chasser si l'on y place des poissons vivants.

Alimentation.

En voyant l'aspect du Dinodon rufozonatum de nombreux terrariophiles pensent que ce serpent est exclusivement piscivore, et ne lui propose que du poisson.
Comme pour tous les serpents se nourrissant de poissons, attention à l'hypovitaminose.

L'hypovitaminose... L'hypovitaminose... L'hypovitaminose... l'hypovitaminose...


L'hypovitaminose B1, se traduit par une dégénérescence cérébrale mortelle, dont les symptômes sont principalement des troubles de la locomotion avec des convulsions du premier tiers du corps. Cette maladie due à la présence de substances appelées thiaminases qui détruisent la vitamine B1, contenue dans le chair de poisson.
Or, il faut savoir que la congélation a pour effet d'augmenter la teneur en thiaminases, c'est la raison pour laquelle, on utilisera plutôt du poissons frais, et que certaines de variétés de poissons sont particulièrement riches en thiaminases.
Ces espèces à risques, sont notamment les poissons rouges, les sardines, les éperlans, les carpes, les poissons-chats.


Or, le serpent-loup chinois se nourrit aussi et même très souvent de jeunes rongeurs (souris, rats), ainsi que de grenouilles.
Les individus seront séparés lors de la distribution de la nourriture. Des proies vivantes au début du maintien en captivité seront présentées de préférence le soir au serpent-loup chinois. Vu l'appétit féroce de Dinodon rufozonatum, on passera très rapidement à la distribution de proies mortes simplement déposées dans le terrarium.
Il faut veiller à ne pas sur-alimenter le serpent-loup chinois, doté d'un gros appétit. Un repas composé d'une souris par semaine est suffisant pour un spécimen adulte.

Reproduction.

Dinodon rufozonatum a rarement été reproduit en captivité, non pas que cette espèce soi difficile à reproduire mais tout simplement comme je l'ai écrit dans l'introduction, par son manque d'élevage en captivité.

Pour bien réussir la reproduction de Dinodon rufozonatum, une vraie hivernation est indispensable. Cette période se situe de novembre à février inclus. Durant ces quatre mois, les individus seront isolés, mis dans l'obscurité et la température sera diminuée.

La première étape avant l'hivernation est de bien alimenter (voire suralimenter les reproducteurs, surtout les femelles) afin de leur faire prendre du poids, et ceci dès la fin juillet puis arrêter toute alimentation deux ou trois semaines avant la mise en hivernation et de les baigner dans de l'eau tiède. Cela permet une évacuation des dernières selles lors du bain.

L'hivernation doit se faire dans l'obscurité totale à une température de 8-12° C. Pour arriver à ces conditions favorables à l'hivernation de Dinodon rufozonatum, il faut abaisser la température de 2° C tous les deux jours et diminuer de deux heures l'éclairage tous les trois jours.

Au début du mois de mars, amorcer le processus inverse. Une fois les serpents-loup chinois complètement réveillés, c'est-à-dire que la température du terrarium aura atteint 24/26° C le jour, on replace les individus ensemble et on présente le premier repas.

Afin d'optimiser vos chances d'obtenir un accouplement, il faudra veiller à ne pas déranger les reproducteurs et de la nourriture leur sera proposée régulièrement.

Dès l'accouplement observé ou, dès que la femelle prend des "formes", isoler cette dernière jusqu'à la ponte (j'ai appris à mes dépends que le mâle mange les oeufs) et l'alimenter à volonté. La femelle peut manger jusqu'à la ponte, mais ce n'est pas une généralité.

Les oeufs sont retirés (sans les retourner, valable pour toutes les espèces d'ophidiens) dès la ponte, puis placés dans un incubateur. L'incubation des oeufs se fait à une température constante de 29,5° C et à un taux d'hygrométrie à saturation. Certains éleveurs incubent à une température allant de 215 à 28° C avec un taux d'hygrométrie se situant entre 80-85%.

L'éclosion est obtenue après 50 à 60 jours d'incubation, pour une température à 29,5° C. A une température plus basse, le temps d'incubation est plus long, mais d'après les éleveurs pratiquant ce style d'incubation, les juvéniles sont plus gros et meilleur mangeur.
Les juvéniles à la naissance mesurent en moyenne 26 mm et ils se nourrissent environ deux semaines plus tard, juste après leur première mue. On surveillera attentivement la prise de repas des juvéniles qui se compose de souriceaux ou vairons, deux fois par semaine, afin d'éviter le cannibalisme accidentel, vu la voracité et la rapidité de ces juvéniles.


Dinodon rufozonatum albinos. Photo pour illustration.

Remarques.

Dinodon rufozonatum a une réputation de "mordeur", cela est justifié lorsque l'on se procure des individus d'origine sauvage, qui en outre sont souvent parasités (comme la plupart des couleuvres asiatiques sauvages). Dans les premiers temps de son maintien en captivité, le serpent-loup chinois annelé a la fâcheuse habitude de se laisser prendre, puis de se retourner et de mordre quand on s'y attend le moins. Ce comportement disparaît avec le temps.

En raison de son cannibalisme, la plupart des terrariophiles possédant des Dinodon rufozonatum les élèvent séparément (sauf période d'accouplement). En ce qui me concerne, je n'ai jamais séparé (sauf période d'hivernation) mon trio (un mâle, deux femelles). Les seules consignes que j'ai respectées srupuleusement ont été de nourrir très régulièrement, une fois par semaine, les individus et de surveiller la prise des repas, pour être sûr qu'ils se soient bien alimenter, tout en les séparant afin qu'un individu n'en dévore un autre par accident.

Pour réussir l'élevage de Dinodon rufozonatum, il suffit de réduire les manipulations à son strict minimum (soins, entretien du terrarium, alimentation), d'éviter les températures élevées, un sol humide et de respecter une hygiène rigoureuse, comme pour beaucoup de colubridés originaires de Chine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Dinodon rufozonatum
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
reptilium 89 :: reptiles :: serpents :: colubridées :: especes-
Sauter vers: